DES TRACKERS POUR JOUER L’EUROPE ET LA REPRISE AMERICAINE

Trackerseurope

 

Alors que la stabilisation se profile en Europe et que les Etats-Unis renouent avec la croissance, Patrimoine Privé a sélectionné divers trackers ou ETF pour jouer ces thématiques.

 

Le début d’année agité des marchés financiers permet de dessiner les tendances à venir du côté des Trackers. Du coup, leur encours s’est réduit de 3,2 % à 2320 milliards de dollars dans le monde, d’après les pointages d’ETFGI. L’essentiel de ce reflux évalué à 7,6 milliards de dollars concerne les ETF Actions (- 11,8 milliards) et Matières premières (- 1,0 milliards). En revanche, les flux vers l’Europe restent soutenus avec une collecte nette de 5,4 milliards de dollars. Cette tendance favorable au Vieux Continent n’a pas échappé à Blackrock qui note que ce sont surtout les places des pays les plus mâtures qui bénéficient des faveurs des investisseurs : L’Europe, Le Canada et le Japon reçoivent plus de 11 milliards de dollars, quand, à l’inverse, les marchés émergents ne récoltent que 10 milliards de dollars. Le ralentissement du PIB chinois et d’autres signaux d’alertes en provenance des BRIC semblent donc donner le Top départ d’un flight to Qualité au bénéfice de L’Europe. Cette tendance est appuyée par le tapering de la FED américaine, puisque les devises de ces pays émergents sont arrimées au billet vert. Ce qui leur impose de relever leurs taux directeurs pour continuer à attirer les capitaux étrangers. Avec comme conséquence, un renchérissement de leurs exportations. A cette transhumance s’est ajoutée une autre thématique forte : un report des flux des investisseurs des sous-jacents cycliques vers des ETF et des ETP beaucoup plus offensifs, confirmant ainsi le retour de la confiance dans les salles de marché.

Redécouverte du Vieux Continent, perspectives encourageantes de la croissance américaine et sélectivité accrue sur les marchés émergents sont donc les lignes directrices des investisseurs sur le compartiment des trackers et autres produits indiciels côtés.

Avec une situation économique européenne qui se stabilise, voire montre des signes de frémissements de l’activité, les salles de marché sont enclines à revenir sur le secteur financier du Vieux Continent. Le pari fait sens puisque les établissements bancaires livrent des résultats plus que flatteurs et révèlent ainsi une situation financière assainie. Lyxor (Société Générale) propose ainsi le tracker Lyxor ETF Euro Stoxx Banks (ISIN FR0011645647) collant à l’indice du même nom, composé de banques de la zone euro. Amundi élargit le spectre au-delà de la monnaie unique avec son Amundi ETF MSCI Europe Banks (ISIN FR0010688176), pondéré pour plus de moitié hors euro. Le premier de ces véhicules fait la part belle aux établissements de l’Espagne (38 %), de France (26 %) et d’Italie (18 %), ce qui lui permet d’être éligible au PEA. Les dividendes de ce dernier sont réinvestis et les frais de gestion plafonnés à 0,30 %.

Outre par le biais du secteur financier, l’anticipation de la reprise européenne peut aussi se jouer en pariant sur les actions des entreprises de la région. Déjà, l’an dernier, les marchés actions de l’Europe ont accompli une très belle année. 2014 s’annonçant comme un millésime prometteur, de nombreux émetteurs proposent des trackers répliquant les indices européens. Parmi eux, citons Amundi ETF Stoxx Europe 50 A/I (ISIN FR0010654913), Vanguard Developed Europe FTSE ETF (ISIN IE00B945W12), ou iShares Stoxx Europe 600 (ISIN DE0002635307). Ceux qui veulent réduire les risques peuvent tout aussi bien miser sur un panier d’obligations corporate européennes, avec deux produits : Amundi ETF Euro High Yield Bond iBoxx (ISIN FR0011494822) et Markit iBoxx Liquid High Yield 30 Ex Fi (ISIN FR0010975771). Tous deux ne sont pas éligibles PEA, car ils agrègent des valeur hors Union Européenne, et font la part belle à trois secteurs : les biens de consommation, l’énergie et les valeurs industrielles.

Alors que l’engouement sur les Brics et autres marchés émergents faiblit, l’Amérique revient en grâce dans les stratégies des salles de marché. Outre la santé de la consommation aux Etats-Unis, les investisseurs jouent le dynamisme retrouvé de l’immobilier, le tonus de l’investissement, lui même alimenté par la santé recouvré des banques, et bien sur, le pari des gaz de schiste et huiles bitumeuses, qui doit permettre à ce pays de parvenir à l’équilibre énergétique, voire de rejoindre le club des exportateurs d’hydrocarbures. Au final, tous ces facteurs devraient porter la croissance du PIB sur un rythme annuel compris entre 3 et 3,5 % en 2014. Et ce, sans le soutien de la FED puisque cette dernière a entamé son programme de réduction de ces injections de liquidités. Lyxor propose toute une gamme de trackers ‘Stars & Stripes’ pour surfer sur la vague : Lyxor ETF Nasdaq 100 (ISIN FR0007063177), Lyxor ETF MSCI USA (ISIN FR0010296061), Lyxor ETF Russell 1000 (ISIN FR0010616292) et Lyxor ETF DJ IA (ISIN FR0007056841). Les plus audacieux pourront aussi se reporter sur les petites capitalisations de la cote américaine, avec le Lyxor ETF Russell 2000 (ISIN FR0011119221) et l’Amundi ETF Russell 2000 (ISIN FR0011636190). Tous deux agrègent les 2000 plus faibles capitalisations de l’indice Russell 3000, sans effet de levier.

par Vincent Bussière

Lien court :

Vous devez être connecté pour poster un commentaire Connexion